Responsables Formation, notre métier va-t-il disparaître ?

Stéphane Diebold est docteur ès Économie. Après avoir œuvré dans des écoles de commerce (Groupe IED / ESCT) en tant que directeur pédagogique, directeur de département ou coordinateur pédagogique, Stéphane s’est engagé dans l’entreprise comme directeur de la formation chez Midas, puis dans le Groupe Galeries Lafayette avec le GIE L’échangeur. Fondateur de Temna et ancien Président du GARF, Stéphane est aujourd’hui Président de l’AFFEN,  l’Association Française pour la Formation en Entreprise et les usages Numériques.
Il interviendra lors de la prochaine matinée EFE « Responsables formation, votre métier va-t-il disparaître » le 26 juin.

Le changement c’est maintenant… avec la réforme de la formation professionnelle qui entrera en vigueur au 1er janvier 2015, nombre d’observateurs préconisent une réforme ou une révolution du métier de responsable formation, s’agit-il d’une réalité ou d’un effet de mode comme chaque grande réforme l’annonce ? Le métier peut-il et va-t-il disparaître ? L’investissement formatif obligatoire passe de 1,6 % de la masse salariale au même niveau qu’en 1971, ce recul obligatoire annonce-t-il la fin d’une profession ?

La question est tout d’abord légitime, il n’est pas de fonction qui n’ait à se justifier socialement, un métier c’est une somme d’activités reconnues nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise. Et il ait bien des périodes où les entreprises se sont passées de responsables formation.

Le responsable formation, un expert-comptable de la formation ?

Le responsable formation est historiquement un responsable d’organisation de la formation, un gestionnaire de budget et de plus en plus un financier qui devient chasseur de primes pour optimiser le pilotage de la formation, cette fonction historique et majoritaire, est celle de l’expert-comptable de la formation, assurer une traçabilité pour organiser les plans de formation… cette fonction technique est facilement transférable et nombre d’institutions ou de prestataires se proposent d’externaliser à moindre coût, ces fonctions à faible valeur ajoutée… en faisant une économie substantielle que les prestataires évaluent à 30 %… la tentation est grande… Certains parlent déjà de prolétarisation de la fonction, dépouillée de ses fonctions historiques. Alors, chronique d’une mort annoncée ?

Le monde de la formation change avec la rapidité de l’obsolescence des contenus, l’infobésité, l’absence de visibilité sans parler du gratuit qui permet à chacun d’être acteur de sa formation… L’évolution du métier ne tient pas tant à la réforme réglementaire qu’à l’évolution environnementale, autrement dit sans la réforme le métier aurait connu les mêmes interrogations.

Le responsable formation, un marketeur de la formation ?

Le responsable formation devient un marketeur de la formation avec les deux composantes du métier : le design de la formation, donner l’envie de se former pour mobiliser une communauté apprenante autour des formations stratégiques de l’entreprise, et des métiers de la data qui permettent une révolution de l’évaluation et une capacité à personnaliser l’apprentissage. La médiologie de la formation avec de nouvelles synergies contenu/média ouvre des stratégies nouvelles d’adaptabilité permanente, la formation liquide pour construire l’entreprise agile.

La nouvelle jeunesse de la fonction : la formation redevient stratégique

Ce qui est intéressant dans cette évolution, c’est que l’externalisation n’est plus possible, pour construire la formation de demain, il faut être de l’entreprise pour connaître les canaux de diffusion formels et informels et surtout pour avoir le crédit nécessaire, le commun, pour animer la communauté apprenante. La fonction retrouve une jeunesse pour construire dans chaque entreprise un écosystème apprenant qui tienne compte de la culture de l’entreprise et de son élargissement avec des nouveautés qui transforment les autres métiers de la formation : l’ingénierie pédagogique et l’animation.

Le responsable formation se doit d’être veilleur dans la technologie, le droit, la pédagogie pour créer une histoire qui ressemble à l’entreprise, c’est avec ce militantisme qu’il permettra aux entreprises d’avoir un coup d’avance, la formation redevient stratégique. C’est avec cette ambition sociale que l’AFFEN, l’Association Française pour la Formation en Entreprise et les usages Numériques organise entre pairs un laboratoire social de professionnalisation du responsable formation de demain… Comme quoi le responsable formation a encore bien des pages à écrire pour ceux qui se sentent aventurier de la formation.

 Stéphane Diebold sera entouré de Céline Cussac (BPCE), Christine Ramon (ILIAD) et Véronique Vagne (STEF) le 26 juin. Ensemble, ils analyseront les évolutions du métier de Responsables formation et partageront leurs retours d’expériences : consultez le descriptif de leurs interventions

1 Commentaire

Laisser un commentaire