Interview Flash d’Aude SIBUET, Manager transformation et engagement durable chez ANGIE

aude sibuet

aude sibuetA l’heure de la nouvelle ère numérique, Aude Sibuet se spécialise dans l’accompagnement du changement et la transformation culturelle des entreprises.

Elle a travaillé dans plusieurs agences (au planning stratégique, communication corporate éditoriale et digitale) et en cabinet conseil spécialisé dans l’accompagnement du changement organisationnel. Après le pôle Talents d’Havas Paris, elle rejoint finalement Angie en 2016 pour travailler aux côtés de Stanislas Haquet et développer la practise « Engagement et transformation durable ».

En attendant de la retrouver à l’occasion du 5e Panorama des Innovations Managériales les 6 & 7 décembre prochain, elle nous fait part de ses réflexions.

La question « 140 caractères » – Quelle est votre mission sur terre ? Vous avez 140 caractères !
Accélérer la prise de conscience : pour le développement des entreprises, « l’expérience collaborateur » est aussi importante que celle du client.

La question « pitch » – Pouvez-vous nous faire le pitch de la communication de mobilisation en une phrase ?
Au service d’un projet, il s’agit d’un dispositif qui permet la compréhension, l’adhésion et l’engagement des collaborateurs… jusqu’au succès.

La question « qui fâche » – La marque employeur telle que nous la connaissons aujourd’hui est-elle appelée à disparaitre ?
Oui, la « marque employeur » telle qu’on l’a connue est morte. Il est illusoire de penser que la communication d’une entreprise est cloisonnée en plusieurs « marques » : « marque pour les clients », « marque pour les prescripteurs ou les influenceurs », « marque employeur »… A l’ère digitale, le candidat est à la fois client, parent, citoyen, collaborateur… Les frontières s’effacent.
Les décideurs prennent de plus en plus conscience de cette réalité. Cela est criant lorsque certains talents préfèrent rejoindre des start-ups plutôt que des grands groupes proposant pourtant de meilleurs salaires par exemple. Ainsi, tout miser sur des stratégies de « marque employeur » n’est plus satisfaisant. Revenons sur deux explications.
La première, comme évoqué, c’est que pour attirer et fidéliser les talents les plus recherchés, la notoriété, la rémunération, la fiche de poste ne suffisent plus. Dans la décision des collaborateurs à rejoindre telle entreprise plutôt que telle autre : la qualité de vie au travail, les missions proposées, le type de management et d’organisation, sont aussi des paramètres qui font pencher la balance.
Seconde raison, assez vertueuse : le digital et les réseaux sociaux amènent de la transparence. Les candidats peuvent facilement vérifier si les propos du recruteur sont pure communication ou au contraire se traduisent concrètement sur le terrain.
Pour les entreprises : autant partager les succès internes avec l’extérieur, s’intéresser aux compétences et à l’engagement de leurs employés et faire des économies en misant sur la cooptation pour le recrutement. Une entreprise ne doit pas présenter ses attraits qu’aux candidats au moment de l’embauche. L’attention doit être portée aux collaborateurs tout au long de son parcours. C’est pour cela que la « marque employeur » est morte, et que je lui préfère « l’expérience collaborateur ».

La question « rh » – Quelles qualités doit posséder un directeur de la com’ interne ?
Confiance et ouverture. Les fonctions supports (RH, communication, DSI, marketing), et en particulier leurs directeurs (-rices), partagent un même enjeu : éviter de développer leurs chantiers en silos. C’est-à-dire se reconnecter aux autres directions opérationnelles de leur entreprise, en agissant comme de véritables partenaires.

La question « consultant » – Quels conseils donner pour qui souhaite engager durablement ses équipes ?
5 points qui boostent vraiment les équipes et de manière durable : autoriser le droit à l’erreur. Faire preuve d’empathie. Miser sur les engagés. Découper ses objectifs annuels pour définir des paliers atteignables, à fréquence régulière. Célébrer les succès.

La question « inspirante» – Si vous deviez citer une source d’inspiration dans votre métier, quelle serait-elle ?
Une source d’inspiration, c’est un peu court. J’en citerai trois grandes : les livres de psychologie sociale et de sociologie des organisations (Fauvet, Joule, Beauvois, Dupuy), regardez les TedX (par exemple Ricardo Semler) et mes clients !

Laisser un commentaire