Entretien professionnel : ce qu’il faut retenir

questionLa Réforme de la Formation, vous en avez soupé. On vous en a parlé à droite, à gauche, en long, en large, en travers. Effet d’annonce parfois, elle fait maintenant partie de votre quotidien.

Plus encore, ce sont les dispositifs qu’elle a mis en place qui vous sont maintenant coutumiers ou qui, du moins, vont avoir un effet sur votre activité. Parmi ceux-ci, l’entretien professionnel vous presse d’agir puisque vos salariés en poste en mars 2014 doivent l’avoir suivi au 7 mars 2016. Qu’attendez-vous ?

Pour vous aider, voici les essentiels à retenir de ce nouveau dispositif :

  • Il est réglementé

Il a lieu tous les 2 ans et donne lieu à un entretien « bilan » tous les 6 ans.

  • Il est prospectif

L’entretien professionnel est le lieu privilégié d’échange avec le collaborateur sur ses perspectives d’évolution professionnelle et sur les moyens à mettre en œuvre pour cela. Il permet un échange réaliste entre le salarié et ses RH (ou son manager) sur ses souhaits de carrière et sur leur adéquation avec la politique de mobilité et d’évolution de l’entreprise.

  • Il est distinct de l’entretien annuel d’évaluation

L’objectif de l’entretien n’est pas ici d’évaluer le travail fait par le salarié et ne porte pas sur son « actualité ». En ce sens il doit donc être distinct de l’entretien annuel d’évaluation.
Si les deux ont lieu le même jour, deux comptes-rendus distinct doivent être faits.

  • Il remplace d’autres entretiens

L’entretien professionnel remplace les différents entretiens existants aujourd’hui :

– Entretien au retour du congé maternité
– Entretien au retour du congé parental d’éducation
– Entretien d’orientation professionnel pour les salariés avant et après un congé de soutien familial
– Entretien professionnel dans l’année du 45ème anniversaire pour les salariés des entreprises de 50 salariés et plus
– Entretien de seconde partie de  carrière

  • Il est obligatoire au retour de certains congés

– un congé de maternité
– un congé parental d’éducation,
– un congé de soutien familial,
– un congé d’adoption,
– un congé sabbatique,
– une période de mobilité volontaire sécurisée mentionnée à l’article 1222-12 du code du Travail,
– une période d’activité à temps partiel au sens de l’article 1225-47du code du Travail,
– un arrêt longue maladie prévu à l’article 324-1 du code de la sécurité sociale
– un mandat syndical.

  • Il peut donner lieu à des sanctions s’il n’est pas effectué

L’entreprise de plus de 50 salariés doit être en mesure de justifier tous les 6 ans que le salarié a bénéficié des entretiens professionnels ainsi que de 2 au moins des 3 actions suivantes:

  1. avoir suivi au moins une action de formation
  2. avoir bénéficié d’une progression salariale ou professionnelle
  3. avoir acquis des éléments de certification, par la formation ou par une validation des acquis de son expérience (VAE).

Si ce n’est pas le cas, l’entreprise peut être sanctionnée de deux façons :

  • régler à l’OPCA une somme forfaitaire représentant 100h (ou 130h)  par salarié x 30€
  • abonder le compte personnel de formation du salarié de 100h (ou 130h dans le cas d’un salarié à temps partiel).

EFE est présent pour vous accompagner sur ces questions, de différentes façons :

Lancez dès maintenant les entretiens professionnels de vos collaborateurs en poste au 7 mars 2014. L’échéance, pour ceux-ci, tombe au 7 mars 2016 … C’est demain !

Laisser un commentaire